Friday, October 31, 2014


Cambodge: une Croix-Rouge au service du pouvoir
Mis en ligne le 30.10.2014 à 05:54
François Pilet



Enquête. Présidée par l’épouse du premier ministre Hun Sen, la Croix-Rouge cambodgienne est devenue l’outil de promotion d’un régime autocrate et corrompu. L’investisseur suisse Marc Faber dénonce la passivité du CICR. Exemple avec la construction d’un hôtel de luxe dans le nord du pays.
Que du beau linge. Plus de 30 délégations, des ONG, des experts internationaux et des politiciens de haut rang étaient réunis les 3 et 4septembre derniers à la 8e Conférence régionale contre la corruption, qui se tenait dans les salons très cosy de l’hôtel Intercontinental de Phnom Penh. La rencontre était organisée par la Banque asiatique de développement, en collaboration avec l’Unité anti-corruption du Cambodge (ACU), le tout sous la houlette de l’OCDE.
«La corruption est un cancer, a martelé Top Sam, président du Conseil national cambodgien. Quand elle s’étend, elle affecte tous les secteurs de la société. La corruption empêche les gouvernements de conduire leurs tâches efficacement. Elle provoque l’injustice sociale et déstabilise le pouvoir en place.» A sa suite, le premier ministre cambodgien Hun Sen, en poste depuis vingt-quatre ans et dirigeant du tout-puissant Parti du peuple, a pointé un doigt accusateur sur les donneurs de leçons de la communauté internationale, le FMI et la Banque mondiale, tous deux éclaboussés par des scandales.
Tragicomédie
Dans l’assistance, la moutarde monte au nez de l’investisseur suisse Marc Faber. La conférence était à peine terminée qu’il rédigeait un article au vitriol, publié dans l’édition d’octobre de son célèbre commentaire d’investissement, The Gloom, Boom& Doom Report. La raison de sa colère? «Toute cette conférence – son décor au Cambodge, ses sponsors et ses intervenants – tout cela était une farce, si ce n’est une tragicomédie.»
Les discours lénifiants des hauts dignitaires cambodgiens tranchaient un peu trop à son goût avec la réalité d’un pays classé au 160e rang, sur 177, à l’indice de Transparency International et dont le régime semble tout entier gangrené par la corruption. Le patron de l’Unité anti-corruption qui organisait le raout, pour ne prendre que lui, est soupçonné d’entretenir des relations d’affaires avec des conglomérats miniers, et s’est surtout distingué par l’absence de résultats de ses enquêtes.
Les ONG qui participaient à cette conférence n’ont pas plus trouvé grâce aux yeux de Marc Faber: «La plupart des délégués sont restés à l’hôtel Intercontinental toute la semaine alors que la conférence ne durait que deux jours.»

L’analyste et gérant de hedge funds de 68
ans, établi en Thaïlande depuis vingt-cinq ans, n’était pas venu à Phnom Penh pour se dorer la pilule au bord de la piscine. Marc Faber s’était rendu au Cambodge pour suivre les activités de la Croix-Rouge, une organisation à laquelle il s’intéresse de près.
La conférence était pour lui l’occasion de saisir sur le vif le double discours en matière de corruption, tenu non seulement par les autorités politiques, mais aussi par les organisations d’aide humanitaire. Et à ce titre, le cas du Comité de la Croix-Rouge cambodgienne (CRC) est un exemple aussi éclairant qu’embarrassant.
Le CRC, la principale organisation humanitaire active au Cambodge, est dirigé depuis 1998 par Bun Rany, l’épouse du premier ministre Hun Sen. Sa nomination était intervenue un an après le coup de force sanglant qui avait permis à son mari, un temps menacé, d’asseoir définitivement son pouvoir sur le pays. Deux ans plus tard, en 2000, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), actif dans le pays depuis 1975, avait soudain entamé un «transfert de responsabilité» de l’ensemble de ses activités au comité national dirigé par Bun Rany.
Depuis lors, le CRC s’est progressivement transformé en un organe de promotion et de financement parallèle pour le Parti du peuple de Hun Sen.
Financement politique
La presse cambodgienne, qui jouit d’une relative liberté, a régulièrement rendu compte de cette prise de contrôle de la Croix-Rouge à des fins politiques par le régime ces dernières années. Des soupçons de «discrimination politique» dans l’aide accordée par le CRC se sont fait jour dès 2004, et n’ont cessé de se renforcer depuis. Selon ces critiques, la Croix-Rouge concentrerait ses activités humanitaires sur les populations fidèles au Parti du peuple, et ignorerait celles soutenant l’opposition. Ces accusations sont particulièrement graves, puisque de tels procédés violent les idéaux fondateurs de neutralité et d’impartialité qui guident l’institution depuis la création du Comité international de la Croix-Rouge par Henri Dunant en 1863.
Le CRC serait aussi devenu un important canal de financement politique. Les dons à la Croix-Rouge seraient considérés comme une preuve d’allégeance au pouvoir. En mai 2013, trois mois avant les élections nationales, les élites politiques et économiques cambodgiennes s’étaient réunies autour du couple Hun Sen à l’occasion de la Journée de la Croix-Rouge et avaient gratifié l’organisation d’un montant record de 14millions de dollars. Le plus généreux donateur, avec un chèque de 3millions, était le groupe de construction coréen Booyoung Group, choisi pour bâtir une immense cité nouvelle à Phnom Penh.
La dernière affaire en date touchant le CRC n’a pas manqué de faire bondir Marc Faber. En avril dernier, le quotidien anglophone de Phnom Penh, The Cambodia Daily, révélait que la Croix-Rouge locale avait lancé la construction d’un hôtel de luxe de six étages tout proche du site historique de Preah Vihear, dans le nord du pays. Les autorités ont expliqué que l’hôtel était censé «générer des profits» pour le CRC.
Selon The Cambodia Daily, le financement de ce projet serait avancé par un «groupe d’investisseurs» emmené par le tout nouveau gouverneur de Phnom Penh, Pa Socheatvong, lui-même haut responsable du CRC. Ce dernier est accusé de refuser l’aide de la Croix-Rouge aux populations contestant les évictions forcées provoquées par les immenses chantiers dans la capitale.
Aucun autre détail n’a été donné quant au financement de l’hôtel, dont la construction a débuté en 2013 et devrait se terminer cette année. Les journalistes ont demandé qui avait bénéficié du contrat de construction, mais ils n’ont pas obtenu de réponse.
Marc Faber n’a pas de mots assez durs pour dénoncer l’édification de cet hôtel de luxe dans un pays où 20% de la population vit avec moins d’un dollar par jour: «Cela ne fera que conforter ceux qui pensent que le rôle des ONG consiste à prendre de l’argent aux pauvres des pays riches pour le donner aux riches des pays pauvres.»
Le CRC s’est trouvé un allié inattendu face à ces critiques. Il s’agit du quartier général du Comité international de la Croix-Rouge, à Genève, pour qui ce projet ne pose visiblement aucun problème. Le responsable local du CICR, Andrea Acerbis, avait déjà assuré au Cambodia Daily que ce genre de projet immobilier réalisé par les comités nationaux de la Croix-Rouge n’avait «rien d’inhabituel». Le siège du CICR à Genève le confirme également à L’Hebdo: «Les sociétés nationales comme le CRC sont entièrement libres de conduire leurs propres activités de levée de fonds, y compris en créant des entreprises», explique son porte-parole, Ewan Watson. La construction d’hôtels de luxe serait même selon lui une «pratique tout à fait habituelle». Le seul exemple cité par le CICR est celui d’un hôtel au Kenya dont les profits sont reversés au comité local de la Croix-Rouge.
Dans le cas du Cambodge, le CICR dit avoir été informé de l’existence du projet dans le cadre du «dialogue régulier» qu’il maintient avec le CRC, mais assure ne pas connaître les détails financiers.
Pas de supervision
Comme les 187 autres comités nationaux, le CRC n’est pas placé sous l’autorité directe du CICR. Il est formellement membre de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC), également basée à Genève. L’IFRC n’a pas répondu à nos questions, ni sur la construction de l’hôtel de luxe, ni sur ses relations avec le comité cambodgien. Son porte-parole, Benoît Carpentier, nous a renvoyés aux réponses données par le CICR. Qui précise, par la bouche d’Ewan Watson, que l’IFRC, bien qu’organisation faîtière des sociétés nationales, «n’agit pas en tant qu’organe de supervision ou de contrôle».
Marc Faber ne se satisfait pas de ces explications. Selon lui, «le CICR devrait porter une très grande attention» aux agissements des comités nationaux, en particulier au Cambodge, «parce que les gens ont l’impression que, dès qu’il s’agit de la Croix-Rouge, c’est au-dessus de tout soupçon. Le véritable scandale n’est même pas vraiment cet hôtel, mais le fait que Mme Hun Sen utilise sa position à des fins politiques», poursuit Marc Faber.
L’Hebdo a interrogé le CICR au sujet des soupçons de mainmise politique sur le CRC, et lui a demandé si l’organisation avait abordé la question avec le comité cambodgien, sa présidente Bun Rany ou avec le gouvernement cambodgien. Le CICR a promis de nous fournir «rapidement» des réponses. Celles-ci ne nous étaient pas parvenues à l’heure de mettre sous presse.
En novembre 2013, lors d’une distribution d’aide aux victimes d’une inondation, Bun Rany s’était illustrée en tenant un discours hautement politisé, attaquant le principal parti d’opposition, le Parti du sauvetage national du Cambodge, qui venait de gagner des sièges lors d’élections quelques mois plus tôt. La présidente du Comité de la Croix-Rouge cambodgienne et femme du premier ministre avait notamment déclaré: «Quand il y a des inondations ou d’autres incidents, les pères et les mères, les frères et les sœurs ont bien vu qu’il n’y a aucun autre parti pour venir vous aider… Il n’y a que le Parti du peuple.»


From Facebook


អាខ្វាក់អាខ្វិន by Bopha Pailin

Wednesday, October 29, 2014

Message to Koy Vanna et Heng Thal Savuth

លោកកុយ វណ្ណា និង លោក ថាល់​ សាវុធ ល្មមយល់ហើយ!
គឺយួនសម្លាប់ខ្មែរ! មិនមែន ខ្មែរសម្លាប់ខ្មែរទេ!

យើងសូមស្នើលោកឲ្យដកចំរៀងនេះចេញ ព្រោះលោកកំពុងតែគាំទ្រយួន!



Garment wage talks fall apart
Wed, 29 October 2014

The tripartite working group set up to negotiate and advise the Ministry of Labour’s Labour Advisory Committee (LAC) on next year’s minimum wage in Cambodia’s garment sector has stopped meeting after reaching a stalemate.
Made up of 27 members – nine each from employers, the government and unions – the group ended talks after a meeting last night, when employer representatives refused to budge from a monthly wage of $110 per month, said panel member Pav Sina, president of the Collective Union of Movement of Workers.
“Employers had no intention to increase wages to more than $110," Sina said. “The Labour Ministry said it could not be below $120," which is Cambodia’s poverty line.
Garment Manufacturers Association in Cambodia secretary general Ken Loo refused to comment.
Formation of the working group was announced by Minister of Labour Ith Sam Heng on October 14. Labour Ministry spokesman Heng Sour previously said the group would have no time limit, and would have to continue negotiating until reaching a consensus.
Sour could not be reached for comment yesterday.
The stalemate is not surprising, said Community Legal Education Center consultant Joel Preston, adding that the government had already formed enough committees and has enough information to decide 2015’s minimum wage.
“It’s just another example; we hear the government saying one thing, then the results are different,” Preston said. “We want to see dialogue, but we want to see results.”
Coalition of Cambodian Apparel Workers’ Democratic Union vice president Kong Athit said the group will send their report of each party’s suggested wage to the ministry.
All but one union agreed to accept $140. Over five meetings – the group was scheduled to meet each working day between October 20 and 30 – Cambodian Alliance Trade Union (CATU) president Yang Sophorn scoffed at settling for less than $177.
“I want all unions to keep the same stance, because it can show the employers that we are still strong,” Sophorn said.

Contact authors: Sean Teehan and Mom Kunthear


Vietnam Abuse Khmer Krom From Hundreds Year To Now

Saturday, October 25, 2014

យើងប្រាកដជាមិនបណ្តោយឲ្យអ្នកធ្វើបាបប្រជាពលរដ្ឋខ្មែរតទៅទៀត!
យើងប្រាកដជាមិនឲ្យយួនរស់នៅស្រុកខ្មែរ ជិះជាន់ខ្មែរ និងយកប្រទេសខ្មែរជារណបជាដាច់ខាត!

សម រង្ស៊ី និង កឹ​ម សុខា ក្បត់ប្រជាពលរដ្ឋខ្មែរ!​ អ្នកនិងវិនាសអន្តរធានតាមសម្បថអ្នកជាមិនខាន!
======================================================================

Le Cambodge ne laissera aucune force saboter ses relations avec le Vietnam
24/10/2014 | 15:41:59

Le Cambodge ne laissera aucune force saboter ses bonnes relations avec le Vietnam, a souligné le Secrétaire d'Etat Phay Siphan, porte-parole du gouvernement cambodgien.
Ces derniers temps, un groupe cambodgien d'éléments extrêmistes a organisé des manifestations et brûlé des drapeaux du Vietnam. En suite de ces actes, M. Phay Siphan a affirmé lors d'une interview accordée à la Télévision du Vietnam, diffusée jeudi soir 23 octobre, qu'il ne s'agit que d'un petit groupe qui a été incité pour saboter les bonnes relations entre les peuples vietnamien et cambodgien.
"Ces actes entraînant des troubles dans la rue ne lui profitera pas, car la plupart des gens ne les soutiennent pas", a déclaré M. Phay Siphan.
"Le peuple cambodgien comprend son frère vietnamien, plus encore depuis 1979 où il a pu sortir du régime génocidaire de Pol Pot. Il sait parfaitement que sans les sacrifices humains et matériels des frères vietnamiens, aujourd'hui, le Cambodge vivait encore dans une terreur sanglante", a affirmé Phay Siphan.

"Nous ne laisserons donc pas de petits groupes profiter d'événements insignifiants pour en faire des conflits entre les deux nations", a-t-il souligné. -VNA


Radio Khmer Lotus du 25 Octobre 2014

Lors de la manif à Paris, Place des Droits de l'Homme à Trocadéro,  le Conseil National de Transition (CNT), a appelé toute la nation khmère à  se lever à  partir du 23 Octobre 2014, pour mettre Hanoi hors du Cambodge, et chasser Hun Sen du pouvoir, et cela pour revendiquer l'indépendance du Cambodge. En effet, non seulement le Vietnam n'a pas respecté l'Accord de Paris du 23 Octobre 1991, mais il continue de le violer délibérément  pour   consolider sa colonisation dans ce pays voisin au nez et à la barbe de la communauté internationale.   Ecoutez  La  Radio Khmer  Lotus Revolutiondu 25 Octobre 2014,  via Internet.
La  Radio Khmer  Lotus Revolution
du 25 Octobre  2014,  via Internet.


Chers Tous,
Lors de la manif à Paris, Place des Droits de l'Homme Trocadéro,  le Conseil National de Transition (CNT), a appelé toute la nation khmère à  se lever à  partir du 23 Octobre 2014, pour mettre Hanoi hors du Cambodge, et chasser Hun Sen du pouvoir, et cela pour revendiquer l'indépendance du Cambodge. En effet, non seulement le Vietnam n'a pas respecté l'Accord de Paris du 23 Octobre 1991, mais il continue de le violer délibérément  pour   consolider sa colonisation dans ce pays voisin au nez et à la barbe de la communauté internationale.  La Chine et le Vietnam sont  les signataires de cet Accord de Paris dont la France et l'Indonésie en sont les 2  co-présidentes. Pour revendiquer  l'indépendance du Cambodge, pour chasser Hun Sen et autres traîtres afin de pouvoir jouir de la démocratie, le peuple khmer devra se lever de lui-même dans tout le pays pour ne pas laisser la carte blanche  à l'AN et au Gouvernement voleurs actuels le temps de consolider la colonisation vietnamienne jusqu’à la fin de ce 5e mandat législatif en  2018! Autrement, toute la nation khmère actuelle sera inévitablement condamnée par la prochaine génération pour son laxisme collectif actuel: un poisson pourri dans un panier et tout le panier de poissons sera pris comme pourri. Si la nation ne se lèvera pas, ce ne seront pas le roi marionnette Sihamoni et Hun Sen, Kem Sokha, Sam Ransy, le traître et complices qui le feront  à sa place pour revendiquer l'indépendance du Cambodge! Donc, la nation khmère devra chasser ces traitres et ne plus respecter ni l'AN voleuse ni  le 1er Ministre Hun Sen voleur, pour  recouvrer l'intégrité  et la souveraineté de sa Patrie. Elle devra se lever en tsunami dans la révolution du Lotus khmer jusqu’à la victoire définitive! La libération de la patrie n'est pas  un acte terroriste! Ce sont là des idées  recensées et développées lors de la manifestation  à Paris organisée par le Conseil National de Transition CNT) pour demander l'application de l'Accord de Paix du 23 octobre  1991.

Voici  la déclaration du Conseil National de Transition (TNC) lors de la Manifestation à Paris le 23 Octobre 2014 (Place Trocadéro) demandant  l'Application de L’Accord de Paix de Paris du 23 Octobre 1991,
Monsieur Le Secrétaire Général de l'ONU,
Messieurs les Co-Présidents de la Conférence,
Messieurs les Signataires,
En vertu de l’Accord de Paris du 23 Octobre 1991 (dont ci-après le résumé),
Article  1- le Cambodge doit annuler les traités pour défendre sa souveraineté.
              2. Les autres signataires dont le  Vietnam  doivent  respecter cette  souveraineté.
              3. Le Cambodge doit respecter les droits de l’homme
              4. Les signataires ne doivent pas laisser un pays violer le Cambodge.
              5. En cas de violation territoriale et des droits de l’homme,  les signataires   et les 2 co-présidents prennent des dispositions pour régler  pacifiquement et/ou saisir   l’ONU et le Conseil de Sécurité des Nations Unis.
Hélas, 23 ans après, le peuple khmer n’a  pas   vu venir cette annulation des traités bilatéraux  1979, 1982,1983, 1985. En revanche,  il est  très déçu  de l’adoption du traité  additif  2005 pour prolonger ces anciens traités et  consolider   la colonisation et l’annexion territoriale du Cambodge  par le Vietnam.  Le Vietnam a  piétiné la  Souveraineté, l’Indépendance et l’Intégrité territoriale du Cambodge qui demeure toujours  sous sa domination  depuis l’invasion de ses troupes le 7 Janvier 1979. Les dirigeants des deux pays  méprisent  la volonté du  peuple cambodgien en  violant   cet Accord dont le Cambodge et le Vietnam  sont les signataires. Pour recouvrer  l’Indépendance et défendre l’intégrité territoriale, le peuple khmer n’a pas d’autres choix que de livrer une guerre de libération  par lui-même et ce,  par tous les moyens,   conformément à  l’Accord de Paris,   à la Charte de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme. Il n'acceptera pas ce fait accompli.
La libération  ne sera pas achevée sans réalisation de ces trois objectifs,  à savoir le départ des Vietnamiens du Cambodge, la chute de la dictature et l’installation d’un régime libre et démocratique. Il  déclarera l’annulation   des traités 1979- 1982-1983-1985 ainsi que le traité additif de 2005, et la non-reconnaissance des  postes délimitant la frontière commune longue de 1270 kms  issues des traités khméro- vietnamiens.  En vertu de la Conférence de Genève de 1954 sur l’Indochine et de  l’Accord de Paris du 23 Octobre 1991, le peuple khmer soumettra les problèmes de ses frontières à  la Communauté internationale, basant sur  la carte déposée par le Cambodge à l’ONU suite à son adhésion après son indépendance du 9 Novembre 1953.  La nation khmère fera des  manifestations sans arrêt à travers le Cambodge notamment devant l'ambassade vietnamienne à Phnom Penh, et ce à  partir du 23 Octobre 2014, pour   exiger la restitution  des terres frontalières, des eaux historiques et territoriales,  des  iles khmères telles Koh Tral ou Phu Quoc et autres. Elle portera  le dossier de la souveraineté du Cambodge devant l'ONU, le Conseil de Sécurité et la Cour internationale de Justice. La libération du Cambodge n'est pas  un acte terroriste! Et  le renvoi  des Vietnamiens illégaux hors du Cambodge n'est pas du racisme.
Vous informant ouvertement de ces manifestations massives futures,
Veuillez agréer, Messieurs, l'expression des sentiments très reconnaissants  du peuple cambodgien. 
          Fait à Paris, le 23  Octobre 2014.
                                                                    Conseil National de Transition(CNT)
                                             Khmer Lotus Revolution            Association Tep Nimmet
                                                      Sok Dyvanthan                                             Koy Vanna
Cette declaration a été envoyée aux pays signataires suivants:
L'Australie, Brunei Darussalam, Cambodge, Canada, République populaire de Chine, la République française, la République de l'Inde, la République de l'Indonésie, le Japon, la République démocratique populaire lao, la Malaisie, la République des Philippines, la République de Singapore, le Royaume de Thailande, l’Union des Républiques socialistes soviétiques, le Royaume Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, les Etats-Unis d’Amérique, la République socialiste du Vietnam,  République Fédérale Socialiste de Yougoslavie et l'Allemagne.


-----------------------------------------------------------------------------------------
Anqlyse politiaue  de  la situation  générale au Cambodge:
  Sam Rainsy, de par sa nature de caméléon remuant sans arrêt sa tête et ses yeux, et Kem Sokha, de par sa nature d'oie criarde à  la moindre approche étrangère, ne pourront rien changer  dans ce royaume fantoche  au cours de cette  5e législature illégale. Ce qui a amené  la majorité des jeunes travailleurs migrants khmers en Corée du Sud à juger Kem Sokha  moins utile que la bouse des vaches! Khmer Lotus Revolution considèrent ouvertement que des dirigeants khmers actuels sont des traîtres responsables à l'avenir  devant l'histoire et devant la nation khmère, par  leur manquement à remplir leur devoir de libération de la nation et de la patrie  de la colonisation vietnamienne.  La presse nationale et internationale a fait état des plaintes déposées contre des dirigeants Khmers actuels au CPI à La HAY à  charge de crimes contre humanité en raison des déplacements forcés et  d'expropriations abusives de terrains.
En effet, après que le CNRP a négocié son entrée à l'Assemblée nationale,  demandant  la restructuration d'un nouveau CNE trompe-l'œil 4+4+1 pour préserver ses  intérêts  électoraux futurs, et après son serment d'allégeance au roi Sihamoni,  Hanoi a déjà avancé ses pions pour renforcer sa mainmise au Cambodge. Par exemples : Le ministère de l'intérieur a fait des publicités tous azimuts demandant aux colons vietnamiens illégaux de se faire recenser et payer environ  25 milles riels soit un peu plus de 6$US,  pour pouvoir vivre en toute  légalité  au Cambodge.
En entrant à l'Assemblée Nationale contre la volonté du peuple, le CNRP contribue donc à renforcer  le pouvoir de Hun Sen, abandonnant   toute idée de libération du Cambodge de la colonisation vietnamienne! Que pourra-t-il faire  en entrant à l'AN? En effet, en dépit du boycott récent par les 11 sénateurs du Parti Sam Rainsy, le Senat de Hun Sen PPC a pu adopter sans obstacles tout  projet de lois voté auparavant par l'Assemblée nationale.
La Révolution khmère du Lotus voit deux forces très dangereuses face à face: le peuple khmer dont jeunesse, bonzes, fonctionnaires, ouvriers, commerçants, cultivateurs et toutes les catégories de victimes  d’un côté qui gagnera et, de l’autre, le PPC soutenu par la Chine et le Vietnam avec la complicité du CNRP, qui perdra ! La Révolution khmère du Lotus est  avec  le peuple et s’est mis corps et âme  à la disposition du Conseil National de Transition,
Pour : 1/ Libérer le Cambodge de la Colonisation Vietnamienne
2/ Abattre le Régime Dictatorial PPC-Hun Sen
3/ Afin d’Installer des Institutions Indépendantes pour la Démocratie!
Le Peuple khmer ne devra plus compter sur la Politique politicienne de leurs  dirigeants  dont ceux du CNRP. Il devra Combattre pour revendiquer l'indépendance du  Cambodge  jusqu’à la Victoire finale par tous les moyens: c’est son Droit. En effet,  jusqu'à présent, les Grands Problèmes khmers sont restés sans réponse, dont :
1/ Colonisation Vietnamienne au Cambodge  2/ Dictature Hun Sen-PPC  3/ Démocratie.
En effet, aux yeux et à la barbe du peuple khmer et de la communauté internationale, Hanoi est en train d’annexer le Cambodge: par le déversement de ses colons civils et militaires pour s’y implanter, par l’annexion des iles de Koh Tral (ou Phu Quoc ),  des eaux maritimes, des terres  frontalières…sans aucun respect de l’Accord de Paris du 23 Octobre 1991.   Peuple Cambodgien (civils, militaires, bonzes, agriculteurs, commerçants, fonctionnaires, jeunesse, victimes…), seuls des combats par tous les moyens pourront vous  apporter  la Victoire! Si le Peuple khmer  se lève, il  pourra   libérer bien le Cambodge!
Le peuple cambodgien doit ouvrir les yeux sur la trahison de ses dirigeants concernant l'indépendance du Cambodge, son intégrité territoriale, des concessions des terres agricoles,  la vietnamisation de l'administration khmère,  des colons vietnamiens qui sont actuellement à la source d'innombrables problèmes internes khmers dont  le manque et la perte d'emploi, l'anarchie et l'insécurité sociales, le  développement économique sources  d'inégalités sociales, la corruption,  la sante publique,  la jeunesse, des élections truquées par la présence de vietnamiens détenteurs de cartes d'électeurs, des querelles raciales, culturelles etc…
Hun Sen n'osera pas jeter  des millions de vietnamiens illégaux hors du Cambodge comme l'a fait le général Payuth Chan Ocha vis-à-vis des migrants khmers illégaux! Officiellement, Trung Van Thong,  porte-parole  de l'Ambassade du Vietnam au Cambodge qui a  affirmé  que la Cochinchine ou Kampuchéa Krom n'appartenait jamais  au Cambodge et que la France ne l'eut  pas octroyée au Vietnam le 4 juin 1949,  ne présentera pas d'excuse publique à la communauté khmère du Kampuchéa Krom.  Pendant ce temps, Var Kim Hong , le traître khmer, a annoncé que le comité mixte khméro vietnamien de frontière procédait  à l'installation des bornes de frontière dans la province de Svay Rieng, et n'a pas autorisé  ni aux journalistes ni aux législateurs khmers d'en informer le public ni de les vérifier. Si ce comité ad hoc  travaillait  en cachette, c'est qu'il le faisait dans la trahison des intérêts nationaux khmers. 
Des manifestants en colère et excédés, ont encore brûlé le drapeau vietnamien devant l'ambassade Viêt à Phnom Penh. Le Hai Binh, porte-parole des affaires étrangères vietnamiennes,  avait lancé des avertissements et ordonné aux autorités marionnettes khmères de Phnom Penh de punir sévèrement cette petite clique d'extrémistes de protestataires nuisant aux bonnes relations fraternelles entre ces deux peuples et exiger  la cessation de tels actes à l'avenir. Khmer Lotus Revolution déclare son soutien total aux manifestants depuis le début de leur protestation et continue de les soutenir dans leurs droits légitimes aux  vérité et  liberté de manifestation pour exiger le départ des envahisseurs vietnamiens hors du Cambodge, et qu'ils cessent immédiatement toutes ingérences dans les affaires intérieures du Cambodge en  respectant  les termes de l'Accord de Paix de Paris du 23 Octobre 1991 dont le Vietnam en a été le signataire,  portant sur l'indépendance, l'intégrité du Cambodge et la démocratie. Le Vietnam a convoqué Heng Samrin, président de l'assemblée nationale voleuse  à se rendre à Hanoi  du 18 au 20 Août 2014 , pour rencontrer  des hauts dirigeants Viet dont Nguyen Tan Dung, premier ministre, Truong Tan Sang, chef d'état et Nguyen Phu Trong,  premier secrétaire du Parti. En effet, Hanoi s'est mis  à digérer le Cambodge, par l'adoption  de nouveaux lois et traités bilatéraux, au sein de  l'Indochine communiste dirigée par le Vietnam. Hanoi a ordonné à  Heng Samrin de bien s'occuper de la population vietnamienne pour qu'elle puisse vivre en toute sécurité au Cambodge.  Hanoi lui a imposé de faire en sorte que les relations diverses bilatérales khméro-vietnamienne vont se renforcer. Hanoi a enjoint Heng Samrin  à prendre des mesures légales pour punir cette poignée de khmers extrémistes et leur  empêcher de commettre encore de tels actés illégaux. Hanoi lui a dit de ne plus tolérer de telles protestations pour éviter la  détérioration des bonnes relations entre les deux pays. Heng Samrin lui a répondu que c'était le fait d'une poignée de khmers extrémistes. Chheang Vun, le perroquet Khmer président de la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale a répondu à  la place de Hanoi que le Vietnam ne fera pas d'excuse à la place d'une affirmation personnelle d'un individu.  Chheang Vun est donc un traître khmer  poltron et valet du Vietnam. Tout cela  démontre  hélas   la trahison officielle et collective des  marionnettes dirigeantes khmères  dans  la vietnamisation du Cambodge. La nation khmère devra se lever d'urgence pour libérer sa Patrie!
La situation politique actuelle au Cambodge est comparable  aux excréments humains brouillés dans un  panier  remué dans l'eau. La nation khmère à travers le monde a qualifié  Sam Rainsy et Kem Sokha de nouveaux traitres.  En effet, plus de 35 ans après l'invasion du Cambodge par le Vietnam, et plus de 22 ans après l'Accord de Paix de Paris du 23 Octobre 1991, Hanoi  a déjà réalisé toutes ses ambitions,  et ce, grâce  aux traités bilatéraux de  1979, 1982, 1983, 1985,  au  traité additif de 2005,  au coup-d' état du 5-6 Juillet 1997,  au  remplacement de l'ancien système de vote de 2/3 par celui de 50%+1  et grâce  aux trucages des résultats des élections de 1998, 2003, 2008 et 2013. Et pour cause,  des politiciens khmers ont tous la mentalité de traitres. A l'ère de Lon Nol, il y eut juste quelques milliers de vietnamiens. Depuis la fin de 1978, leur nombre a augmenté rapidement  atteignant plusieurs dizaines de milliers. Après cinq mandats successifs de Hun Sen, la population vietnamienne s'est élevée en flèche atteignant plusieurs millions. Sam Rainsy, le nouveau traitre, a  déclaré qu'il était d'accord pour donner la nationalité khmère  aux 250 milles colons vietnamiens, encourageant ainsi dangereusement l'immigration clandestine vietnamienne!  Combien de millions de nouveaux Viets vont-ils recevoir la nationalité khmère octroyée par les 2 partis traitres (ancien et nouveau)  pour qu'ils dépassent le nombre de Cambodgiens et  tenir  les rênes politiques du Cambodge?  
Le peuple vietnamien est-il l'ami du peuple khmer depuis des milliers d'années ou son ennemi  ancestral ? Depuis 63 ans déjà,  Hanoi s'acharne à créer l'Indochine sous domination vietnamienne incluant le Cambodge et le Lao, sous la mainmise politique et militaire vietnamienne contrôlant ces créatures de partis communistes indochinois khmer et Laos. Hélas, au début du 21e siècle, le Vietnam continue de piétiner  des lois cambodgiennes et internationales pour opprimer le Cambodge et son peuple. Actuellement le PPC  de Hun Sen, Chea Sim et Heng Sam Rin est en train de trahir  ouvertement leur patrie en permettant de nouveaux tracés  de frontière du Cambodge et en fermant les yeux sur l'immigration illégale de millions de vietnamiens dans le royaume, exauçant pleinement  la volonté impérialiste et colonialiste  de Ho Chi Minh sur l'Indochine
A cause de Hun Sen et du  PPC, parti communiste indochinois valet de Hanoi, le Cambodge est  devenu  un état inconstitutionnel, de non droit,  ne respectant  ni les droits de l'homme, ni l'exercice de la démocratie. En effet:
 1/   Hun Sen du PPC travaille déjà plus de 35 ans pour la colonisation vietnamiennes du Cambodge.
2/   Sam Rainsy du CNRP travaille déjà plus de 22 ans pour  protéger la 2e monarchie marionnette de Hanoi.
L'Accord de Paris du 23 Octobre 1991 reste  toujours en vigueur depuis  plus de 23 ans stipulant  que le Cambodge doit être indépendant et jouir de  la démocratie. Mais Sam Rainsy et Hun Sen, dans cette 2nde monarchie ne veulent ni ne peuvent  libérer le Cambodge et son peuple pour l’indépendance, la liberté et la démocratie. La 2nde monarchie du roi marionnette Sihamoni et ces deux partis politiques n’ont pas de vision politique pour libérer leur pays. Tout cela est dû  à ce que le Cambodge demeure toujours un état inconstitutionnel,  de non droit  et voleur, avec des tribunaux non indépendants, à la solde du dictateur Hun Sen. La Révolution Khmère du  Lotus et le Conseil National de Transition (CNT) réaffirment trois objectifs nationaux: mettre des colons Vietnamiens hors du Cambodge pour  son indépendance, renverser Hun Sen le dictateur et y instaurer la démocratie !
Pour guérir ces trois cancers khmers dont la vietnamisation, la dictature du régime PPC Hun Sen et le manque de la démocratie, le peuple khmer devra  faire la révolution pour libérer le Cambodge  dans le cadre du Conseil National de Transition (CNT) ! Ce sera le tsunami de non-violence dans sa conception première, mais par expérience et par précaution, il devra avoir des armes pour se défendre, dont le couteau, la hache, le bâton, la houe, des banderoles, des fils, des stylos, des crayons, du riz, de la nourriture, des poissons, de la viande, des poissons fermentés (ou prahok ), des médicaments pour pouvoir résister longtemps jusqu’à la victoire !  
Vu  le Cambodge a une Assemblée Nationale  et un Gouvernement  de Voleurs dont le 1er Ministre est Voleur. La Nation Khmère devra faire la Révolution du Lotus par tous les moyens (grèves, manifestations, boycotts, non-coopération, désobéissance civile généralisée … avec armes, stocks de nourritures et de médicaments). Elle verra de Nouvelles Elections  après la Victoire de la Révolution du Lotus, après l'adoption du nouveau régime par le référendum, la création des institutions indépendantes, sous l’Autorité du Conseil National de Transition (CNT),  dans un délai de 2 à 3 ans!​​​​   Plus de 44 ans après l’évènement du 18 mars 1970, le message du Maréchal Lon Nol et du prince Sirik Matak reste toujours actuel  pour que tout le peuple khmer se lève de nouveau pour mettre   Hanoi hors du Cambodge.
Peuple Cambodgien (de l’intérieur et d’Outre-mer) & Jeunesse Khmère : Levez-Vous! Faites la Révolution du Lotus khmer  pour libérer le Cambodge du Vietnam.  Et ce à partir du 23 Octobre 2014, sans concession, sans répit,  jusqu'à la victoire finale. Dans le cadre du Conseil National de Transition et non derrière un parti politique!Avec le peuple et pour le peuple!
En Exerçant des Pressions Nationales et Internationales,
En Bloquant tout Fonctionnement de l’Assemblée Nationale et du Gouvernement Khmers Voleurs !
Ensemble, Nous Gagnerons!
Ecoutez  La  Radio Khmer  Lotus Revolutiondu 25 Octobre 2014,  via Internet.
Cordialement

Merci

វិទ្យុបដិវត្តន៍ ផ្កា ឈូក ថ្ងែទី ២៥ តុលា ២០១៤



សូមស្តាប់សេចក្តីអធិប្បាយរបស់ លោក​ អ៊ូ ចល។ 
សូមស្តាប់ វិទ្យុបដិវត្តន៍ ផ្កា ឈូក ថ្ងែទី ២៥/​ តុលា/ ២០១៤។ 
សូមអរគុណ!